VALERA KARATE CONTACT
Page d'accueilPlan du siteAjouter aux FavorisImprimerEnvoyer à un ami
Vign_zfefz-660x330

Dominique Valéra, le mythe et la simplicité

22/03/2015 – 18h00 Béziers
(Lengadoc-info.com) –  Alors que l’insécurité galope, de plus en plus de
personnes se tournent vers les arts martiaux pour assurer leur sécurité. Parmi
ces sports, il y en a un dont la pratique s’est énormément popularisée depuis
2001, c’est le Karaté-Contact. Dominique Valéra (ceinture noire 9ème
dan, 701 combats pour 10 nuls et seulement 17 défaites, le tout couronné par 17
titres de champion de France et 14 d’Europe) a été le promoteur de
cette technique en France et en Europe. A l’invitation de Jean luc lambert
–ceinture noire 6ème dan- très apprécié dans le biterrois, cette icône mondiale du
karaté, cette légende vivante des arts martiaux faisait récemment étape au Dojo
Senken à Sauvian. Il a accordé un entretien exclusif à Lengadoc- info.

Dominique Valéra est originaire du sud de l’Espagne,
de la province de Murcia, Il a été élevé dans une fratrie de 3 garçons et 3
filles dans la banlieue de Lyon dans un logement insalubre qui sera dévasté par
les inondations en 1954. Il raconte qu’à cette occasion, sa sœur a été mordue
par des rats. La famille doit son relogement à l’abbé Pierre qui lance la même
année son appel pour les sans-logis. Dans son enfance Dominique se sert plus de
ses poings que de son porte-plume et de ses cahiers. Par chance un prêtre va
s’occuper de lui. Il décèle chez Dominique des dispositions exceptionnelles
pour la boxe mais la maman refuse au prétexte que cela va l’encourager dans la
violence. Le prêtre insiste, mais rien n’y fait. Jusqu’au jour, où celui-ci
leur raconte qu’il a assisté à un sport de combat où les pratiquants sont vêtus
de blanc. C’est le déclic pour la mère et le début d’une longue histoire
d’amour avec cette discipline que Dominique chérit depuis plus d’un demi-
siècle.

« Il faut prendre du plaisir quand tu fais une
activité dit Valéra à ses élèves, sinon laisse tomber ! ». Et du
plaisir, Valéra en a pris, et en particulier ce jour de 1972 quand il rentre à
la maison familiale à Lyon en hurlant de joie dans les oreilles de sa mère
« Maman, maman, je suis champion du monde ». Sa mère le regarde de
haut et laisse tomber : « C’est très bien mon fils, prends le balaie
et nettoie la cuisine ». Car on est comme ça chez les Valéra. Dominique a
été élevé à la dure. « Quand j’étais jeune, on avait une paire de patins à
roulette, mais c’était une paire pour l’ensemble des jeunes du
quartier. Aujourd’hui les enfants ont trop de tout et certains parents
n’ont pas honte de venir voir l’éducateur à la salle pour que leurs enfants
obtiennent les barrettes ou les grades plus vite… ». « Pourquoi
pratiquer un sport, continue Dominique, parce que l’éducation de la jeunesse
repose sur 3 piliers, la famille, l’école et le sport. Si un de ces 3 piliers
n’existe pas ou vient à disparaître, l’enfant est déséquilibré… s’il en, manque
deux, tu es sûr qu’on va vers la catastrophe, la délinquance, la drogue
… »

Quand on lui demande si l’on retrouve l’esprit du
karaté traditionnel dans le Karaté contact Dominique Valéra rétorque que ce qui
est important, c’est l’esprit de la vie et non celui du karaté : c’est le
respect des anciens, la volonté, le goût de l’effort…il pourrait ajouter la
bonne humeur car son enseignement n’est pas triste. Lorsqu’il fait un de ces
balayages dont il a le secret et envoie l’élève dans les airs il accompagne
cela d’un « bon voyage m’sieus-dames » ou encore quand il place un
coup de poing en contre à la face il se fend d’un « happy birthday »
emprunté aux tontons flingueurs…Toujours facétieux, il pose son pied sur
l’opulente chevelure d’une élève J’éclate de rire !  Dominique
traverse alors le dojo pour me narrer sa rencontre avec Jacques Chazot lors
d’une remise de médaille à la mairie de Paris : le danseur lui explique
qu’il peut lancer son pied au-dessus de la tête de Valéra lequel réplique
goguenard : « Oui, mais moi, je peux mettre mon pied… dans ta
tête ».

Il trouve insupportable qu’un adolescent ne tienne pas
la porte à une vieille dame ou ne lui cède pas sa place dans l’autobus ou qu’on
manque de respect à ses parents : « on peut être en désaccord avec
ses parents mais on leur doit le respect, c’est eux qui nous ont fait…une
famille c’est avant tout un père et une mère… ». –un ange passe-.
Dominique n’hésite pas sur le tatami à faire la morale, même s’il n’est pas
moralisateur. Il lance à la cantonade : « en me déplaçant entre vous,
j’ai senti l’odeur du tabac, je vous déconseille fermement de fumer… La nature
nous a donné une belle mécanique, il ne tient à nous que de
l’entretenir ». Sur le tapis ou dans la vie, Dominique Valéra a conservé
le même esprit que quand il enfila le kimono blanc pour la première fois :
« plus tu as la grosse tête, plus ton adversaire a de place pour y taper
dedans… »

Et pourtant, Dominique Valéra aurait de quoi avoir la
grosse tête, lui qui a gagné toutes les récompenses sauf celle de champion du
monde en individuel qui lui aura été « volée » à Long Beach aux
USA : « Nous étions la bête noire des Japonais » commente Valéra
qui sera disqualifié pour son engagement « trop rude » dans le
combat …On connaît la suite… «  Cette histoire de la bagarre avec les
arbitres a fait couler beaucoup d’encre dans les journaux sur le moment. Plus
d’encre en tout cas que de sang réellement sur le tatami ». Cet épisode va
marquer un tournant de la carrière de Valéra qui après de nombreux séjours aux
Etats Unis lancera pour le plus grand plaisir de ses fans, le
Karaté-Contact.

Le  Karaté Contact est un
sport, issu du karaté et des différents arts martiaux, appartenant aux formes
de boxes pieds-poings nées aux États-Unis dans
les années 1960 et 1970. Il utilise des techniques de pieds et
de poings qui suivent des règles strictes garantissant un maximum de sécurité.
.Il se pratique sur un tatami avec des protections (casque, gants,
protège-tibias et protège-pieds)

Le « Karaté Light Contact »
ou « Semi Contact » est réservé aux moins de 18 ans et aux adultes
ne souhaitant pas faire de contact. Il consiste à réaliser un combat avec des
touches contrôlées. Le travail réalisé avec le jeune doit-être un rapport avec
son âge et ses possibilités ». Les combats de « Karaté Light Contact » ou «
Semi-Contact » se déroulent sur tatami et les K.O sont interdits.

Pour tous renseignements :

Dojo Senken : 06 27 64 08 50

senken34@gmail.com

www.dojo-sen-ken.com

Site Officiel de Dominique Valera